PHILOSOPHIE POUR LES ENFANTS – Robert PINCE

Cycle animé par Robert PINCE(Docteur en Sciences, licence de philosophie.)

Les JEUDIS : 18/02 – 17/03 – 07/04 – 12/05 de 14H à 15H30.

Lieu : Médiathèque Grand M, avec les enfants de CE1 et CE2 de l’école Bastide – Métro Bellefontaine

 

Compte rendu  atelier philo 4

Pour notre dernier atelier, les mots sur lesquels nous allons bâtir les questions sont choisis par les enfants. Un premier tour de groupe nous fournit les mots suivants :

Avion-Philosophie-Monde-Art-Muscles-Potager-Chiot-Musique-Cinéma-Tennis-Taekwondo-Boxe-Livres-Pouvoir

Les groupes de 3 formés ensuite proposent 8 questions :

1 – Pourquoi certains aiment boxe ou taekwondo ?

2 – Pourquoi certains aiment la musique ?

3 – Pourquoi les potagers font-ils des fruits ?

4 – Pourquoi certains livres sont illustrés ?

5 – Pourquoi certains films font peur ?

6 – Pourquoi les enfants n’ont pas de pouvoirs ?

7 – Pourquoi abandonne-t-on les chiots ?

8 – Pourquoi les chiots sont si mignons ?

Et les deux tours de vote qui suivent choisissent la question numéro 7, qui a été traitée de façon satisfaisante puisque les enfants ont abordé les thèmes de la responsabilité, des contraintes et aussi des joies liées à la vie quotidienne avec un chiot.

La fin de la séance a été consacrée à l’opinion des enfants sur le cycle philo. Réponses souvent positives qui m’ont fait chaud au cœur avec une petite fille qui m’a dit à la fin : Vous m’avez appris à penser…

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Des nouvelles de l’atelier philo qui a eu lieu le jeudi 7 avril. Des enfants toujours aussi sympathiques, un instituteur présent et intéressé, Cédric fidèle au poste, sans oublier une mère « spectatrice » avec son bébé.

Les élèves commencent à être vraiment dans le coup, si bien que je les associe à tour de rôle au vote destiné à choisir les mots retenus. Les mots proposés sont : timidité / modestie / rêve / amitié / superstition / plaisir / alcool / bonheur / danse / nature / liberté / animal / vie / mort / jeu / futur / solitude / ados.

Chaque participant passe au tableau, lit « son » mot, en explique le sens si nécessaire, puis organise le vote en comptant le nombre de voix recueilli par le mot. Ensuite, les groupes de 3 se mettent en place pour proposer chacun une question à partir des mots sélectionnés. À la fin de cette étape, la question choisie est :

Pourquoi les gens aiment-t-ils les jeux vidéo ?

La deuxième partie (traitement de la question) donne lieu aux questions-réponses habituelles. L’ensemble se passe plutôt bien, et on termine l’atelier par une question posée à l’ensemble du groupe : Pourquoi avons-nous organisé 2 minutes de silence et de méditation lors de l’atelier numéro 2 ?

Question difficile avec laquelle ils ont du mal, avant que je les guide vers la réponse : l’atelier 1 visait à faire comprendre qu’il est utile d’écouter les autres, la méditation de l’atelier 2 qu’il est tout aussi important de s’écouter soi.

Je termine donc cet atelier 3 en organisant une « méditation de la grenouille ». Cinq minutes de silence pour apprendre à rester calme et attentif comme une grenouille, en suivant les conseils de la thérapeute néerlandaise Eline Snel. Exercice difficile pour certains ! Mais la plupart ont joué le jeu.

Il ne reste plus qu’un atelier en mai, et cette expérience passionnante sera (provisoirement) terminée.

À bientôt donc, pour de prochaines aventures.

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

Le deuxième atelier philo s’est bien passé, grâce sans doute à l’expérience acquise lors du premier. Deux mères d’élèves y assistaient, ainsi que l’instituteur et Cédric, bien entendu.  Les enfants avaient déjà une idée du déroulement « normal » d’un atelier, et nous avons commencé par choisir les mots sur lesquels la question à traiter devait être bâtie.

Cette fois, j’ai proposé 5 mots seulement, et les enfants en ont proposé une dizaine. Si bien que lorsque les groupes de 3 ont été formés, l’éventail des questions a été plus étendu.

En fin de compte, et après vote, la question retenue a été :

Pourquoi les footballeurs gagnent-ils beaucoup d’argent ?

Après un moment de repos, réservé traditionnellement à la distribution de bonbons, nous avons entamé la deuxième partie, consacrée à la réflexion proprement dite sur la question posée.

Les enfants se sont demandé combien de footballeurs gagnaient beaucoup d’argent et ils ont compris qu’il ne s’agissait que des plus célèbres. Et que leur carrière de footballeurs professionnels était courte (jusqu’à 35 ans a dit l’un d’entre eux).  Et lorsqu’ils se sont demandés pourquoi certains d’entre eux gagnaient beaucoup d’argent, les réponses ont été :

–      Parce qu’ils sont beaux ( !)

–      Parce qu’ils ont du talent

–      Parce qu’ils sont achetés ou vendus par des clubs

En cours de séance, j’ai proposé un court exercice de méditation : enfants assis, immobiles et silencieux, pendant deux minutes. Une manière de se recentrer sur soi, d’être à l’écoute et de se concentrer. J’ai été heureux et surpris de constater qu’ils ont réussi ce petit exercice !

Donc, en route pour de nouvelles aventures !

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

La premier atelier de philosophie s’est finalement bien passé, avec des enfants intéressés et particulièrement vivants. J’ai eu la chance d’être bien secondé par leur enseignant, ainsi que par Cédric, et les deux étapes de l’atelier (choix d’un sujet, puis traitement de celui-ci) se sont déroulées sans heurt.

Je crois que les enfants ont été satisfaits de leur première séance, et j’ai vécu des moments extraordinaires devant la pertinence ou l’humour de leurs questions/réponses.

La question finalement retenue par vote a été :

Pourquoi est-ce que les filles aiment le shopping ?

Nous avons passé une bonne partie du temps de discussion à traquer les sous-entendus de cette question et avons fini par conclure que ce n’étaient pas « les filles » mais « certaines filles » et que ça concernait aussi les garçons, dont certains s’intéressaient énormément à la mode.

Un moment délicieux a été celui où j’ai affirmé (imprudemment) que ne m’intéressais pas à la mode, ce qui m’a valu la réflexion d’une petite fille :

—Ça se voit, ton pull est nul !

Et d’une autre :

—Tes chaussures ne sont pas terribles !

En revanche, une troisième fille m’a consolé :

—Ton pantalon est bien !

Bref, un atelier plein de fraicheur, de réparties, de bon sens et de vie.